Signaler

Séparation avec une femme bipolaire [Résolu]

Posez votre question rsebastien 3Messages postés lundi 24 novembre 2014Date d'inscription 10 décembre 2014 Dernière intervention - Dernière réponse le 6 nov. 2017 à 19:20 par Calinette
Bonjour à toutes et à tous,

je m'inscrits à l'instant sur ce forum, ne sachant plus trop bien vers qui où quoi me tourner.
En effet, j'étais le petit ami d'une femme bipolaire jusqu'à encore ce week-end.
Nous nous sommes rencontrés il y a 1 an. Elle est tout de suite tombée folle amoureuse de moi, même un peu trop vite je pense, sachant que pour ma part je sortais tout juste d'une relation de 12 ans. Il est vrai que les premiers mois passés avec ma nouvelle amie ont été compliqués pour moi et également pour elle, car j'essayais de faire en sorte que l'on puisse prendre le temps nécessaire, alors que tout allait si vite....voyages, repas chez ses parents au bout d'un mois par exemple....rien de bien méchant tout de même. Elle m'a honnêtement tout de suite avoué être bipolaire. Elle a, au vu de ses cicatrices, déjà effectué plusieurs TS. J'avoue de manière coupable que tout cela poussait ma raison à vouloir temporiser les choses, ce qu'elle m'a souvent reproché.

Aujourd'hui, alors que les choses commençaient à bien se poser entre nous (complicité, affection, amour réciproque et projets communs...), j'ai l'impression violente de ne plus exister dans sa vie. Je dis violente car cela s'est fait du jour au lendemain, sans explications. La seul explication à vrai dire, était que j'avais trop pris de temps à oublier mon ex-compagne. Aujourd'hui elle sort beaucoup, refuse que je sois là, boit beaucoup, et fréquente des personnes que je ne connais pas. Elle m'a trompé il y a quelques semaines maintenant...je n'ai pas super bien réagi, je l'avoue...j'ai maladroitement voulu récupérer mes affaires chez elle, lui rapportant les siennes...alors que ne n'avais pas envie que ça se termine comme ça...s'en est suivit une grosse dispute, ou tous les tords me sont retombés dessus, peut être à juste titre, en fait toujours la même rengaine, pour elle, j'avais fait trop d'erreurs au début de notre relation en ne m'impliquant pas suffisamment à son goût. Le fait qu'elle soit sorti avec quelqu'un d'autre ne paraissant même plus comme quelque chose de "grave" à ses yeux mais limite comme quelque chose de "normale".
Bref aujourd'hui elle ne veut plus me voir, disant que c'est mieux pour elle en ce moment. je comprends alors qu'elle a besoin de vivre des choses, de profiter de cette période ou elle se sent bien, exaltée, en confiance...

En fait j'ai peur pour elle, elle viens d'abandonner ses études pour se lancer à fond dans la musique (je suis également musicien). Elle a du talent et certaines personnes lui disent...et c'est précisément depuis cela qu'elle ne veut plus me fréquenter, comme si un sentiment de toute puissance l'habitait. Seulement, pour connaître le milieu musical, j'ai la sincère impression que c'est totalement antinomique avec sa pathologie...monde de la nuit, de la drogue, de l'alcool, horaires irréguliers, siège de beaucoup d'émotions...Elle me disait souvent que son médecin lui conseillait un rythme de vie sein afin d'éviter les écarts d'humeurs...j'ai peur qu'elle se lance dans un système d'autodestruction, malgré qu'elle me dise, après tout ce qu'elle a vécu, qu'il n'y a plus que ça qui l'intéresse et qui la raccroche à la vie.

Pour ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu'au bout, j'aurais aimé avoir votre avis éclairé sur notre situation, pour mieux la comprendre et peut-être envisager l'avenir, s'il en reste encore un ?
D'un point de vue égoïste peut-être, cette situation est très dure à vivre pour moi...sûrement encore plus pour elle, pourtant, j'ai toujours eu le sentiment d'avoir été honnête avec elle, ce qui n'est malheureusement pas du tout réciproque...elle qui se disait amoureuse, en fait m'a caché énormément de choses et arrive à être d'une étonnante froideur avec moi.
A ajouter que j'ai énormément de mal à me faire comprendre d'elle, la sachant très fragile, je garde pour moi toute la souffrance qu'elle me fait subir d'avance merci
Utile
+10
plus moins
Bonjour à tous,

Je me permets de déposer ce témoignage et sans doute quelques questions au fil du sujet... Peut être pour me soulager, poser mes valises, laisser encore un peu douleur par ces quelques lignes sur ce forum dédié à cette triste réalité qu'est cette pathologie si difficile à gérer pour un conjoint et certainement encore plus pour la personne qui est atteinte de bipolarité, de maniaco dépression.

J'ai rencontré il y a deux ans de cela une jeune femme ravissante à quelques pas de mon nouveau lieu de travail dans les alpes maritimes, elle est propriétaire et gérante d'un restaurant... Elle avait 26 ans et moi 29. Nous avons ressentis mutuellement une attirance indescriptible dès notre premier regard... J'étais cependant en couple depuis 4ans, dans une relation stable avec une femme aimante et équilibrée et je sentais qu'une situation compliquée se dessinait progressivement. Je n'ai cependant écouté que mon coeur et mon ressentit. (sans doute ma première erreur) J'ai donc tout quitté et me suis rapproché d'elle très rapidement, en ami dans un premier temps. Nous avons commencé par passer de bon moments ensemble, elle était dans une période que je pensais difficile pour elle, due au stress de son travail, à ses responsabilités, elle était très souvent en train de pleurer, de me dire que c'était dur pour elle, que c'était une 'pauvre' fille, perdue dans les tourments d'une 'dépression' (loin de m'imaginer que nous étions dans quelques chose de bien plus profond).
Je tachais de la détendre, de la faire rire, de lui changer les idées le plus souvent possible, je passais toute les nuits la voir après la fin de son travail savoir comment elle se portait. Elle me remerciait d'être la personne que j'étais et d'être présent pour elle. J'étais persuadé que tout rentrerait dans l'ordre après quelques semaines, mais en vain...

Nous avons pris la décision d'officialiser notre relation et les choses se sont très vite emballées! Il fallait que mon ancienne relation n'interfère en aucun cas avec la notre (j'avais pourtant pas mal de choses à régler avec mon ancienne petite amie, des affaires en commun, faire que tout s'arrête dans le calme etc...) 4 ans ne s'efface pas en un claquement de doigt! Des disputes à ce sujet ont donc commencé à éclater... Mon ex est devenue et demeure sa bête noire!
Après quelques semaines nous devions (pour elle) habiter ensemble, construire ensemble, tout allait trop vite pour moi et dans une excitation qui me semblait démesurée par rapport à son comportement très changeant, comme si elle me faisait sentir que je n'allais pas être à la hauteur de ses attentes et de l'amour qu'elle me portait... Je souhaitais simplement avancer normalement, acquérir et lui donner ma confiance, espérer que nous allions nous entendre dans notre quotidien en ayant de fortes personnalités etc... Un couple en construction en bref! Pour le meilleur pour commencer et puis la vie nous dessinera la suite.
Cela n'a malheureusement pas été le cas, une entente très difficile, des disputes à répétition, des ruptures à répétition et un sentiment de culpabilité naissait en moi car pour elle, tout était de ma faute, sans cesse! Elle était pourtant ma priorité et je commençais à me perdre dans ma propre personnalité pour essayer de lui convenir sans même me dire qu'il y avait un problème psychologique derrière son comportement, elle ne m'en a jamais fait part non plus, je pense qu'elle n'était pas vraiment consciente de son état ou alors elle me le cachait déjà, je ne sais pas.
J'ai pu la retrouver, quand elle me quittait, dans les rues de nice avec d'autres hommes, tout était normal pour elle, nous n'étions plus ensemble depuis 48h, puis elle me rappelait...
Elle avait des troubles sur la nutrition, ne supportait pas son corps, puis ne mangeait plus, ne dormait très peu, était débordante d'énergie et de projets utopiques... Elle retombait quelques jours ou semaines après dans le noir, j'ai vécu sa première tentative de suicide, une nuit après le travail (qui était la 3ieme en réalité)
Nous avons voyagé le plus possible, j'ai dépensé beaucoup d'argent pour qu'elle soit contente, elle pouvait dépenser sans vraiment compter, cela lui faisait du bien et la rassurait.. Mais rien n'allait pour autant. Elle me disait, que mon ex serait toujours présente, que nous n'étions que des potes finalement, que je ne la désirais pas (alors que c'était elle qui ne supportait pas son corps, pas moi) que je ne l'aimait pas car je ne lui disait pas 20 fois dans la journée, qu'il n'y avait que moi qui faisait les choses bien (ironiquement) quand je lui donnais des conseils etc etc... Je n'étais finalement qu'un pauvre mec à ses yeux ou du moins dans mon ressentit à travers elle.
Pour vous passer plus de détails, notre relation amoureuse n'a été qu'une immense montagne russe faite de beaucoup d'amour, de passion débordante, de douleurs déchirantes, d'actions incompréhensibles, de beaucoup de tendresse et finalement d'une dépendance affective de mon coté... J'aurai sans doute due prendre mon courage à deux mains et partir loin, mais je l'aimais beaucoup trop et je l'aime encore beaucoup trop aujourd'hui.

Nous nous sommes officiellement séparés il y a 4 mois, plus ou moins dans le calme, j'étais enfin persuadé qu'elle n'était pas faite pour moi et d'ailleurs que moi non plus pour elle. On ne s'entendrait jamais finalement. J'ai donc vite rebondis, recommencer à voir mes amis, à reprendre mes passions, à me poser la question de savoir si finalement je n'avais pas fait la pire de quitter mon ancienne petite amie qui me rendait heureux, simplement...
Elle n'a pas supporté de me voir aller bien, elle est donc revenue et a joué sur mon talons d'Achille, ma sensibilité. J'ai donc une nouvelle fois tout arrêté et suis revenu vers elle il y a deux mois. Cette fois ci, elle s'est nourrie de ma présence et de mon investissement à son égard pour sans doute entrer dans une phase up à nouveau puis m'a lâché comme un torchon en me disant que je l'avais détruite et qu'elle ne voudrai plus jamais de moi. Elle sortait toutes les nuits, se tapait des mecs (ceux que je ne supportais pas de surcroit car je savais qu'ils n'étaient pas fait pour arranger les choses...) Elle était à nouveau pleine de projets professionnels, je n'étais qu'un bon à rien etc...

Je suis donc de nouveau parti mais cette fois ci j'avais compris que nous étions dans un cycle qui se répétait sans cesse et qu'il devait y avoir un problème psychologique derrière tout ça. Et cela n'a pas manqué, une phase down à pointé le bout de son nez, et, comme d'habitude celui qu'elle a appelé, c'était moi... J'ai une nouvelle fois répondu présent, une nouvelle tentative de suicide eu lieu et cette fois ci j'ai voulu comprendre, j'ai retourné toute sa salle de bain, trouvé des médicaments, dont de l'abilify (qu'elle ne prenait pas), prescrit par un psychiatre dont je n'ai jamais eu connaissance et (je l'ai su par la suite) qu'elle n'allait pas à ses rendez vous. J'ai contacté sa famille, son psychologue, son psychiatre, des personnes proches de moi qui sont dans le médical etc...

Et la j'ai su! Enfin! Qu'il y avait bel et bien un problème comportemental profond! :( Je lui en ai fait part quelques jours plus tard sans qu'elle sache vraiment les recherches que j'avais pu effectuer en ammont, elle ne m'a cependant rien avoué quand même. Et je suis resté, encore et encore, pendant cette dernière semaine puis elle a pris la décision de rentrer en centre, à toulon, ou je l'ai accompagné jusqu'a ce portail qui me restera gravé dans ma mémoire. Elle savait à ce moment que j'étais prêt à tout pour pouvoir l'aider, la comprendre, la soutenir et que toutes les erreurs que j'avais pu commettre dans le passé auraient changées car enfin, je savais, ce qu'il ne fallait surtout pas savoir. Je n'attendais qu'une seule chose, qu'elle puisse me dire, Romain, c'est toi que j'aime, je sais que tu sais alors accompagne moi jusqu'au bout et fait partie de ma guérison. Au lieu de ça, je n'ai eu qu'un: 'je veux que tu sortes de ma vie définitivement' (j'en pleure encore de l'écrire)

Cela fait un mois et 3 semaines qu'elle est la bas, je n'ai plus aucune nouvelle, ni appel, ni sms, ne serait ce qu'un signe de vie, une mini reconnaissance, un sourire.. Rien. Et j'en souffre tant!

Je sais qu'il faut que j'oublie, que je tourne la page, que je pose ce livre de cette histoire si douloureuse et pourtant... Elle est présente jours et nuits dans ma tête, dans mon coeur, elle est en moi je n'arrive pas à surmonter ce mal. Je garde cet espoir destructeur de pouvoir vivre enfin une histoire heureuse avec cette jeune femme avec tout ce que cela comporte...

En fait je n'ai qu'une seule question: reviendra t'elle un jour?

Je vous remercie infiniment d'avoir lu ce post et je suis de tout coeur avec les personnes qui vivent aux cotés de cette pathologie et bien entendu de ceux qui la vivent de l'intérieur.

Bien amicalement.
Donnez votre avis
Utile
+2
plus moins
Bonjour roro.V J'ai eu une relation avec une femme bipolaire très belle; Elle a commencé exactement comme la votre.

Puis les mêmes problèmes que vous ensuite.
Lolo- 18 juil. 2016 à 19:35
Bonjour j ai été déclaré bipolaire j ai donc un traitement avec lithium il est très difficile de vivre avec cette maladie mêlée de déprime et de joie de vivre mais personnellement je vis correctement malgré une dernière crise violente bien suivie par un psychiatre qui m à fait comprendre mon passé car bcp de personnes négatives. Je vis parfaitement bien mes relations sentimentales quand je me trouve avec des personnes sympathiques.je remarque pour bcp que les femmes bipolaires vous ont trompé en allant avec des autres partenaires je ai envie de dire que ce sont la des traits de caractères certainement amplifié par la maladie car perso je ne trompe pas les hommes que je rencontré. Les symptômes de euphorie pousse sont symptomatiques de crise de bipolarité tout comme son inverse.voila
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonsoir
Je réponds non en tant que conjointe mais en tant que personne atteinte de bipolarité .
Sérieusement, je vous conseille de faire vos valises et de tourner la page, pour votre propre bien être.
À en juger par ce que vous écrivez , votre compagne n'est manifestement pas soignée et n'a pas appris à gérer sa bipolarité. J'ai été comme ça et je peux vous dire que j'étais une catastrophe pour les hommes que je rencontrais. J'étais présente et amoureuse tant que nous étions dans la phase de séduction et puis un beau jour, je tournais la page brutalement, violemment et sans transition et , comme votre compagne, je me mettais à sortir et à rencontrer d'autres hommes en passant tout à coup à autre chose.
Honnêtement je crois que la vie n'est possible avec un bipolaire que lorsque celui ci ( ou celle ci ) a pris conscience de sa maladie, l'a acceptée, est suivi par un médecin avec des médicaments apropriés et apprend à se gérer.
Il faut du temps pour cela, tant qu'on n'a pas accepté sa maladie, on n'arrive pas à gérer la piètre estime de soi que l'on a quand on est bipolaire et on cherche sans arrêt dans le regard des autres la solution à une maladie qui a besoin d'être soignée mais qu'on ignore. D'où le passage d'une relation à une autre quand on n'a pas trouvé ce regard rassurant et guérisseur qu'on attend mais qui ne peut venir que de nous mêmes.
En conclusion, je dirais qu'on ne peut vivre avec un bipolaire que si celui ci se soigne et ACCEPTE sa maladie.
Bon courage et prenez soin de vous: fuyez!!! Je plains les hommes que j'ai connus pour ce que je leur ai fait traversé....
rsebastien 3Messages postés lundi 24 novembre 2014Date d'inscription 10 décembre 2014 Dernière intervention - 10 déc. 2014 à 12:44
Bonjour Auraliza,
merci à vous d'avoir pris le temps de m'écrire. Pour tout vous avouer, je pense que mon ex compagne a conscience de sa maladie (elle suivait un traitement régulier jusqu'alors) mais qu'elle apprécie tellement sa phase up actuelle qu'elle est rentrée dans un processus de dénie, rejetant toutes les mains que je peux lui tendre. Elle a souvent été lucide par rapport à sa maladie, seulement je prends conscience que ses alternances d'humeurs menaceront toujours notre relation. Cela va faire 3 mois qu'elle est en phase maniaque, hormis faire mes valises, y a t il quelque chose que je puisse faire pour son bien être, car j'ai tout de même peur pour elle et éventuellement de la décente qui s'en suivra ? Elle a déjà été hospitalisée à maintes reprises. pensez vous que je sois définitivement sortie de sa vie ? Elle qui disait m'aimer et avoir trouver la stabilité auprès de moi. Il est effectivement très dure pour moi d'être passé radicalement du statut de l'homme aimé à l'homme méprisé et ignoré, sans pouvoir même avoir l'occasion d'en discuter sereinement avec elle.
Merci par avance de l'intérêt que vous pourrez porter à mes interrogations.
Cordialement
Répondre
damien- 26 mars 2015 à 03:23
Salut rsebastien je te comprends ,j'ai eu la même histoire
A part que j'étais pacsé et nous avions essayé d'avoir un enfant jusqu'en octobre et elle m'a quitté en phase up (elle prenais ses médocs)en novembre avec un de mes meilleurs potes de boulot
C'Est très dur mentalement
Répondre
yoga26 1Messages postés dimanche 14 décembre 2014Date d'inscription 14 décembre 2014 Dernière intervention - 14 déc. 2014 à 21:47
bonjour a tous je suis nouveaux sur ce site quar je traverce des moment dificile ma compagne ca fait 5ans que je suis avec elle et depui cette été elle et devenue bipolaire suite a une agrétion daprés les rensénieux ment que jais enver cette maladie il y a deux fase une montente et une fase décendente elle prent un trétementde cheval elle prend 2 xeroquel de 300 mg 3 nosilan 3au coucher et 1xanax et elle et partie dans une clinique psycatrique pendans 1mois et la ca fait des semaine elle doi étre en fase décendante elle fait que dormir ces une maladi trés dificile pour lentourage qui pourais médais sorais le bien venus pourtemp je fait tous pour la rendre heureuse je suis moi maime une perssone trés spirituel pratiquant bouddhiste je pratique le yoga depui des année pendans ces fase montante ca a étais orrible
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour,

J'arrives peut etre un peu en retard mais je vous ai ecrit en tant que conjointe.

mon clavier est un qwerty donc je ne peux pas mettre d'accent, desolee.

je suis conjointe ou ex-conjointe d'un homme bipolaire.

il y a un an nous nous sommes rencontre et tout de suite ce fut l'amour fou.

Il m'a traite comme une princesse, j'etais une revelation dans sa vie.

nous travaillons ensemble et nous avons decide de vivre ensemble au bout de deux mois, ien que je fut reticente au debut, j'ai finis par accepter l'idee.

nous sommes partis a paris pendant 4 jours (nous vivons en Irlande et il est Italien) puis le reve a continue pendant quelques mois jusqu'a ce que les crises commencent vraiment.

Un jour n'en pouvant plus je lui ai demande de m'expliquer vraiment ce qu'il y avait car tout ca n'etais pas normal et la il m'a avoue etre bipolaire.

J'ai compris et accepte lui demandant ce qu'il comptait faire.

Au final, rien n'a change et les choses se sont empirees.

Nous sommes partis en italie dans sa famille et ce fut magique.

Il m'a quitte le lendemain de notre retour, me disant qu'il n'en pouvait plus cette vie-la, de cette ville etc...

Nous sommes reste dans notre maison pendant encore un mois et c'etait bizarre mais respectueux.

J'ai demenage le 31 janvier et le lendemain matin il est revenu disant qu'il m'aimait que c'etait une erreur et que je lui manque.

du coup c'est reparti pour un mois paisible, sans disputes puisque nous ne vivons plus ensemble et il y a deux semaines, rebelote, il est en crise existentielle, ne sait plus ce qu'il veut, ce qu'il va faire de sa vie ( il a 25 ans) etc...

Nous avons besoin d'une coupure nette pour qu'il sache vraiment ce qu'il ressent pour moi et qu'effectivement si je ne suis pas le probleme, en me quittant, il sera mieux.

malgre cette coupure, tout les jours au travail il menvois des emails, pas pour parler de sentiments ou quoi mais juste pour le contact.

le dimanche 8 mars, il m'appelle et me dit que je lui manque et que sans moi c'est l'horreur et que du coup je ne suis pas le probleme et qu'il m'aime et que tout lui manque de nous et meme notre vie ensemble.

je lui dit ok mais la il faut se prendre en main et commancer a se soigner.

Il est alle chez le psychologue la semaine derniere et sa vraie premiere consultion est cette semaine.

Mais malheureusement, ce weekend il a eu une nouvelle crise et il a ete tellement mechant qu'encore fois c'est fini.

et depuis nous nous voyons au travail tres rapidement mais plus de contact.

Et pour une fois la coupure est nette.

Va-t-il revenir?

Donnez-moi votre avis svp.

Tiphaine
rsebastien- 18 mars 2015 à 10:46
Bonjour Tiphaine,
Et bien que vous dire à part que je retrouve beaucoup de similitudes dans nos 2 expériences. Une relation très forte au début, peut-être même trop forte, pour des personnes qui apprennent juste à se connaître. Pour moi ça a duré 10 mois puis du jour au lendemain, je n'ai plus reconnu la personne, vraiment. Elle m'a quitté, menti trompé...plus de contact, elle ne répondait plus à mes messages, ne me laissait plus la voir, ne répondait pas non plus aux appels. Puis après quelques semaines (au moins 6) on se revoit, on s'aime, puis 2 jours après à nouveau plus de nouvelles...et ainsi de suite pendant 5 mois maintenant. Clairement, je ne sais pas si elle se soigne correctement, elle a cependant conscience de faire parfois n'importe quoi, seulement, le conjoint pâtit énormément de cette situation. Je n'existe que quand elle ne va pas bien, je sens des remords et quelques regrets chez elle, nous n'avons que trop rarement des discussions posées afin de clarifier les choses, mais tout repart de plus belle quelques jours après, les choses allant d'un extrême à l'autre, sans réellement se stabiliser. Aujourd'hui je n'ai malheureusement plus d'espoir en notre couple, c'est juste ingérable. Je suis tombé amoureux d'elle et cela me fait vraiment très mal, car on a naturellement envie d'aider, de sauver les choses, surtout si nous avons connu de bons moments, si nous avons connu une certaine stabilité (car on se dit que c'est possible, que les choses peuvent aller dans le bon sens). Seulement aujourd'hui, tout cela n'est qu'espoir gâché. Après m'avoir trompé et quitté, elle a pu revenir chez moi, après 4 mois, pour me faire une crise de jalousie car entre temps, et n'allant pas bien du tout, je suis parti voir une amie chère à moi pour retrouver un peu de sérénité. Comment comprendre cela ? On peut souvent avoir l'impression d'être manipulé, utilisé puis jeté...et lorsque moi je n'allais pas bien, je ne pouvais rien attendre d'elle, même pas une écoute...Donc voilà, une situation complètement désolant et ingérable pour le conjoint. Il faut faire preuve d'énormément de compréhension, jusqu'à s'oublier soi même si l'on veut espérer sauver les choses, mais au bout du compte, tout espoir pouvant renaître est systématique détruit est gâché par les comportements que cette maladie inflige à son porteur. Après, il ne faut pas généraliser, et prendre en considération que chaque cas, avec son histoire, est différent...au final, tout mon entourage proche me conseille de l'oublier et de passer à autre chose...plus facile à dire qu'à faire, mais pourtant, si l'on ne veut pas souffrir et sombre, c'est apparemment la seule chose à faire. Bon courage pour tout et belles pensées.
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour Sébastien.
Plus de deux mois ont passé depuis votre message. J'espère que vous allez bien. J'atterris comme vous sur ce site depuis quelques jours, suite à une histoire tristement similaire à toutes celles que je peux lire dans les témoignages ici. Vous décrivez très bien, l'anéantissement systématique de chaque espoir qui renait lors des nouvelles lunes de miel après les séparations. Je suis encore très amoureuse de mon ami (plutôt ex-ami si j'accepte sa dernière rupture), mais c'est une souffrance sans cesse renouvelée. Pourtant je croyais avoir trouvé le bon mode de fonctionnement, lui laissant beaucoup de liberté, l'aimant sans l'envahir, lui montrant que j'étais heureuse d'être sa compagne.... Au final, il juge que c'est notre relation amoureuse, et mon acharnement à ne pas baisser les bras, qui entraîne ses troubles d'humeur. Je ne sais plus quoi en penser, peut-être qu'il a raison et que je dois le laisser tranquille. Comme pour votre histoire, au début j'étais mélancolique et fragile car je sortais d'une relation difficile. Puis je suis devenue très amoureuse de lui, qui était patient et très rassurant. Et c'est là qu'il a commencé à me reprocher ma fragilité psychologique, la jugeant responsable de ses problèmes. Ces derniers temps, je lui montrais que je n'étais plus du tout "fragile" mais forte, stable, aimante, mais pas dépendante affective. J'ai mis tant de courage et de patience dans notre histoire depuis un an et demi. je me suis remise en question, je me suis adaptée, lui ai donné plein d'amour, le temps qu'il voulait bien passer avec moi, il semblait parfois tellement heureux et me donnait des espoirs pour l'avenir. Bref, c'est d'un banal à pleurer, inutile de m'étendre, mais comme vous je souffre, je me sens impuissante, je ne sais même plus si mon amour l'a aidé ou au contraire lui a été nuisible, je trouve cette maladie trop injuste, et je pense que sans traitement, il n'y a aucune issue. Je me dis que je suis peut-être égoïste d'avoir souhaité continuer avec lui, je lui ai demandé de peut-être prendre un traitement, mais n'ai pas insisté devant son refus, après tout qui suis-je pour lui imposer quoi que ce soit ou poser un ultimatum? Parfois je me dis qu'il sait ce qui est bon pour lui, mais à d'autres moments j'ai le sentiment que c'est sa maladie qui le leurre.
Cette semaine je me sens anéantie, j'essaie de tenir le choc pour mes enfants et mon travail, mais j'ai l'impression presque physique d'être passée sous un rouleau compresseur.
Merci à celles et ceux qui ont eu la patience de me lire, et merci pour vos témoignages et votre soutien.
Et bon courage à tous. Gardons espoir, et enfin: je crois que ceux qui aiment ont raison, l'amour c'est quelque chose de beau..... Je ne regrette pas tout l'amour que j'ai donné. J'ai mal, mais pas de regrets.
toto36- 29 juin 2016 à 09:02
Bonjour,
Je suis moi aussi avec une personne bipolaire, le truc c est que je suis plutot insensible a enormement de choses, je passe donc largement au dessus des sautes d humeurs et n hesite pas a aller voir ailleurs tout comme elle le fait....
Il ne sert strictement a rien de vouloir les aider, ils doivent eux meme faire la demarche une fois conscient de leur probleme.
L aide exterizure est vu comme une agression generalement...
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonsoir a tous ceux qui me liront.

Comme vous je suis conjointe a ec un homme bipolaire et borderline depuis bientôt. 10ans.

Il est passe par différentes phases, avec et sans traitement, Car il le prenait que s il en avait envie... Je vis actuellement un enfer, il ne pense qu a lui, il n y a que lui qui compte. Comle il dit moi moi moi a toutes kes phrases.
Au debut, tout allait bien avec des sautes d humeur puis addict au shit, il a commencé a vriller phase up et down suivit, prise de medocs etc.. Il est addict au sexe aussi mais ne me trompe pas, enfin je crois. Car pour me faire du mal il le le dit parfois. Il me détruit a petit feu.. Je dois me soigner pour la tenbssion, meme avec traitement, j ai 17/8. Aujourd'hui, ca a peter piur diverses raisons... Il m a avouer devant temoin qu il aimerait Que je me reveil plus un matin, je le prend tres mal... Pour moi, c est une preuve. Qu il ne m aime pas malgre ce qu il me dit. Je me sens trahi a chaque séparation, j e suis revenu au debut puis la maintenant, je resiste, je ne veux plus plier devant ses menaces, insultes, coups et viols.
Comme je lui dis si tu veux partir la porte est grande ouverte. Il y a 2ans ca a ete tres dur je ne le supportais plus je l ai viré. Maintenant. Il me dit que si je le revire, il a un dossier contre moi et qu il m enverra au tribunal. Ou est l Amour ?????

Apres ce qu il a dit aujourd'hui. Je crois que c est bien fini !!! Mr me laisse seule a noel et jour de l an, il va dands sa famille.
Voyez ce que je vis au bout de 10ans. Alirs courage, fuyez... Moi j y songe de plus en plus... On ne peut rien baser de sérieux. Avec ces personnes Malades et non traités.

Partez. Partez... Bon courage a tous
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !