Signaler

Hysterectomie tres mal vécue

Posez votre question val0479 3Messages postés jeudi 18 février 2016Date d'inscription 22 février 2016 Dernière intervention - Dernière réponse le 1 nov. 2016 à 15:17 par Ingrid50
Bonjour,

j'ai 27 ans et j'ai subi au grand sens du terme une hysterectomie debut janvier pour cause de sainement hémorragique pendant les rêgles, cellule pré cancereuse et endometriose. A partir du moment ou mon médecin me la conseiller et que j'en ai parler a mon mari et ma famille, tous me dirent "Il faut ABSOLUMENT que tu le fasse pour être tranquil", "Tu as déjà 5 enfants donc ça ne devrait pas te poser problème tu n'as même pas à hésiter", "tu verras maintenant ce n'est rien du tout comme opération le monde médical en pratique tout les jours et en plus à notre époque tu ne sentira rien". Pourtant j'étais contre car mis à part quelque baisse de tension pendant la periode des rêgle à cause des saignement important, ma vie n'en était pas handicapé mais comme tous me repetèrent sans cesse que ça n'allait pas etre douloureux et que la cicatrice serait juste comme si j'avais eu une cesarienne j'ai accepter a contre coeur. Me voila donc la veille de l'intervention au soir dans ma chambre d'hopital en compagnie de mon mari et de l'infirmière qui complète mon dossier en m'apportant des bas de contention à mettre juste avant l'intervention. Plus elle me parle et les heure passe plus le stress monte et j'en ai ASSEZ mais VRAIMENT ASSEZ qu'ont me répete sans cesse ne t'inquiete pas tout ira bien et dès l'operation terminée tu auras une qualité meilleure..... Mais voila que je suis prise soudainement d'une crise de panique et je dit à mon mari je ne veux plus de cette operation, ramène moi à la maison. Il refuse se met en colère et m'oblige à subir l'hysterectomie. Je me met à pleurer toutes le larme de mon corps et le supplie de me ramener ( je viens juste de me dire qu'a ce moment j'aurais pû prendre moi même mes clés et repartir mais en panique mon cerveau fonctionnait a moitier) je passe donc la nuit et le matin du jour J c'est repartit pour une crise d'angoisse et je redemande a mon mari pour partir mais refuse toujours il m'enfile mes bas de contention et la à 7h15 apres lui avoir confier mon alliance et le reste de mes bijoux ont viens me chercher pour l'intervention. Je suis en pleure dans la salle d'opération ont me met l'intraveineuse pour l’anesthésie ça me fait mal et j’entends l'infirmiere me dire je sais que ça fait mal madame mais rester tranquil SVP. S'en est trop je dit à tout le personnel de la salle j'ai changer d'avis je ne veux plus me faire opéré mais à ce moment ont m'administre l'anesthesie et je m'endort.
Le reveil est tres difficile j'entends une voix de femme me dire bonjour madame vous ête en salle de reveil, tout s'est bien passer. mais mes paupières sont tellement lourdes je remarque juste sue j'ai un pompe a morphine pour gerer ma douleur. De retour à ma chambre mon mari m'acceuille le sourire aux levres il veux jouer le compatissant et essaye de m'embrasser, je rassemble le peut de force dont je dispose pour le repousser c'est de sa faute si je suis dans cet état, si en ce moment je suis branchée a de nombreux appareil et que je souffre. je referme les yeux et j'entends qu'il passe des coup de telephone à la famille pour les mettre au courant de mon état l'infirmière qui est toujours là lui dit que je suis une patiente fort douloureuse et donc pas de visite aujourd'hui. J'ouvre à nouveau les yeux et il est là a coté de moi avec son air satisfait que je me suis faire opérée et essaye de me remettre mon alliance, je la retire et la balance au fond de la piece. Je ne veux plus rien avoir de lui. Les jours suivant je n'arrive pas à me mettre debout, je fait des chutes de tension vertigineuse pour n'ete plus qu'à 6, la douleur est attroce et viennent s'ajouter de colique a cause du systheme digestif qui doit se remettre en place, la perfuion de morphine qui me brule les veine et me rend malade et le drain de redon qui est toujours enmeler au autre tubes. Ma famille vient me voir et me demande comment je me sent je leur dit que j'ai tres mal, que j'en ai marre de passer mes journée seule car mon mari a dû reprendre le travail et que mes enfants me manque surtout mon bébé de 3 mois car je rate de precieux moment avec lui à être coincé ici. Ils me repondent bien gentilment " Ah oui ont sais bien que c'est tres douloureux et que tu dois prendre patience ici plusieure jours mais si ont te l'avais dit tu nn'aurais jamais accepter de te faire opéré" Là c'est la goutte d'eau je met tout le monde dehors dans un langage de camionneur. Au retour à la maison la douleur et toujours bien là et les membre de ma famille ainsi que mon mari ont repris le court de leur vie en me laissant à l'écart avec ma douleur et mon ressentiment en me disant juste d'être patiente et que je devrais voir qu'un mon éviter des probleme pour plus tard. Que faire comment revivre apres cele?

Merci d'avoir prit le temps de me lire.....
Afficher la suite 
Utile
+1
plus moins
Bonjour,

Votre récit relate avec tristesse toutes les étapes que vous avez endurées probablement par le fait que votre entourage se soit mêlé de votre situation, comme s'il décidait pour vous.
Il vous a peut-être manqué l'essentiel : l'information expliquée pour mieux comprendre l'intérêt de cette opération, la compréhension, la gestion du stress, le respect et l'accompagnement.
N'avez-vous pas eu un entretien privé avec le chirurgien pour lui poser toutes les questions vous concernant ?

Vous demandez: Que faire comment revivre apres cele?
Vous pourriez vous exprimer en toute liberté, auprès d'un professionnel de la santé qui vous aidera, sans vous juger. Vous pourrez ainsi travailler avec ce professionnel sur vos émotions, vos sentiments, votre mal-être. Pour cela, il est nécessaire de vous rendre chez un psychiatre, avec l'appui de votre médecin habituel. Ce travail sera personnel, il vous appartiendra et vous permettra de vous trouver et vous découvrir.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
carla121- 22 juin 2016 à 13:54
hysterectomie par voie haute semaine dernière hyper bien passée pour moi (Ne pas mentionner de noms d'établissements hospitaliers : non autorisés dans les forums)... faiblarde, le ventre tiraille souvent, douleurs très supportables puis 2 spafons ou doliprane et s'en vont...3 semaines d'arrêt ...moral d'enfer, les hémorragies avec douleurs mortelles enfin disparues !!
Répondre
Ingrid50- 1 nov. 2016 à 15:17
Bonjour
Je dois me faire opérer lundi 7 novembre. Je ai 35 ans, en couple 2 enfants. J ai pris la décision d car je ai eu 2 conisations je déprime j ai peur de l après. Je n arrete pas de pleurer.
Ingrid
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !