Torchillotomanie

Loula - 31 déc. 2016 à 16:31 - Dernière réponse : imagine7 11232 Messages postés samedi 12 mai 2012Date d'inscriptionModérateurStatut 14 décembre 2017 Dernière intervention
- 31 déc. 2016 à 18:21
Stress, déprime, problèmes psy Posez votre question Signaler Répondre au sujet
Bonjour,
Je m'arrache les cheveux depuis que j'ai 13 ans.
Au début, je me coupais les fourches pour imiter une amie. Armées de nos ciseaux, nous nous coupions les fourches pendant les cours de maths ennuyeux à mourir. Jusqu'à ce qu'un jour je ne voye cette fourche, une fourche horrible qui s'étendait sur tout mon cheveu. Je ne pouvais pas la laisser là, il fallait que je l'enlève. Alors j'ai décidé de m'arracher le cheveu, car c'est quand même plus simple que de le couper. Puis j'ai continué à m'arracher les cheveux, tantôt parce qu'ils étaient fourchus, tantôt parce qu'ils étaient "moches".
Aujourd'hui, m'arracher les cheveux est devenu un tic. Je n'arrive toujours pas à prendre pleinement de la situation, pourtant mon crâne est recouvert de plaques chauves que je m'efforce de cacher tous les matins.
Je n'arrive pas à expliquer la sensation que je ressens lorsque je m'arrache un cheveu. Je suis contente, soulagée. Puis après, quand je baisse le regard vers le sol rempli de cheveux arrachés, je me sens trahie par moi même, par ma main. J'ai envie de me frapper, de me demander pourquoi je m'inflige cela, pourquoi je continue de m'arracher les cheveux alors que j'ai déjà des plaques chauves sur le crâne.
Le pire, c'est mes proches. Ma famille, d'abord. Elle ne comprend pas pourquoi je me les arrache. Elle me propose des solutions, de m'acheter une perruque, de m'emmener chez le psy. Mais je me braque, parce que je ne veux pas admettre que je suis malade. Parce que oui, la torchillotomanie est une maladie. Une maladie psychologique, que je pense comparable à la mutilation.
Ensuite, il y a mes amies, qui me demandent pourquoi est ce que mes cheveux sont en aussi mauvais états. Et moi, je leur mens. Pour mieux me convaincre moi même.
La réalité, c'est que je ne peux pas m'en sortir seule. Ni avec quelqu'un d'autre, tant que je renierai être malade.
Si j'écris cela, c'est pour aider ceux que l'ont peut encore aider. Et pour pouvoir vous aider, il faut que vous preniez vous mêmes conscience de ce que vous faites. Que vous compreniez ce que cela implique. Et que vous soyez prêt a changer. C'est la seule manière de faire face à cette maladie.
Adoptez la, apprenez comment vous débarrasser d'elle, et là vous réussirais à la battre.
Bonne chance.
Afficher la suite 

1 réponse

Répondre au sujet
imagine7 11232 Messages postés samedi 12 mai 2012Date d'inscriptionModérateurStatut 14 décembre 2017 Dernière intervention - 31 déc. 2016 à 18:21
0
Utile
Bonsoir,

Merci pour votre témoignage.
Il est criant de volonté de modifier ce comportement.

Il est important de pouvoir se faire aider en s'exprimant auprès d'un psychothérapeute afin de comprendre, de progresser et de "grandir".

Il s'agit de la trichotillomanie

Commenter la réponse de imagine7