Moteur de recherche
Posez votre question Signaler

Mon fils et l'alcool [Résolu]

JOCELYNE - Dernière réponse le 27 sept. 2012 à 11:23
Mon fils de 21 ans a pour compagne sa bouteille... Il est en train de sombrer de plus en plus, et refuse toute aide... Je ne sais comment l'aider.. Il est militaire, comment en est-il arrivé là ? Quelques avis pourraient peut-être m'aider.. Merci.
Lire la suite 
Réponse
+0
moins plus
Bonjour, je connais assez bien le probleme de l'alcool et malheureusement si votre fils refuse de l'aide il n'y a pas grand chose à faire, vous ne pouvez pas le soigner contre sa volonté. Mais pour en parler il existe des groupe de parole tres bien. Moi ce sont mes parents qui sont alcooliques et j'ai suivi des groupes de paroles pendant un an ca m'a beaucoup aidé rien que pour parler avec des gens qui m'ecoutaient, me comprennaient et qui m'aidais moralement. Voilà j'espere vous avoir aidée et si vous voulez parler ou poser d'autre question sur le sujet je serai heureuse de vous aider si je le peux. Bon courage et ne baissez pas les bras.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Oui, effectivement je ne sais pas comment faire. Aucun membre de la famille n'a d'influence sur lui. Il claque son salaire en 8 jours... Et je m'inquiète beaucoup pour sa santé et je sais que les dégâts peuvent être importants. J'ai moi-même été sous traitement pour déprime pendant 7 ans, je viens tout juste de me sevrer et je sais que l'addiction est terrible et qu'il faut une sacrée dose de volonté pour arrêter... Comment trouver un bien être, un réconfort dans cette satanée boisson ? Dur à comprendre et à accepter. Merci pour votre message... Il est aussi difficile d'en parler. Car on se sent coupable d'avoir raté peut-être quelque chose. Comment communiquer directement entre nous ? Bonne journée à vous. Et courage pour vous aussi.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
J'ai également connu ce problème avec mon fils aujourd'hui décédé. Malheureusement, vous, sa mère, ne pouvez pas faire grand-chose, sinon le soutenir moralement et ne pas le condamner. Surtout ne l'approuvez pas quand il rentre chez vous ivre, je sais ce n'est pas facile, mais autour de vous n'y a-t-il pas quelqu'un à qui il pourrait parler et qu'il écouterait ? Vous n'êtes malheureusement pas un cas isolé. Essayez de rencontrer des groupes de paroles comme \"Vie Libre\", ils vous soutiendront et vous conseilleront. Je vous recommande de lire un livre sur ce sujet: \"Le premier verre, alcoolique à 12ans\", d'Elodie Comte. Je suis de tout coeur avec vous.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
La seule chose que vous puissiez faire c'est reconnaître que c'est son problème. Vous pouvez l'aider à le découvrir par lui-même, surtout pas le harceler ça ne fait qu'empirer les choses. Mon mari était alcoolo-dépendant, il en est mort et je me suis rendue compte qu'alors que je croyais l'aider, je l'ai surtout aidé à s'enfoncer en voulant toujours intervenir dans sa vie. Avec le recul je crois que seul un alcoolique peut l'aider et le comprendre car le combat est de chaque minute. Soutenez-le, ne le jugez pas et surtout ne culpabilisez pas, c'est comme toutes les maladies, on peut aider mais si le malade ne veut pas guérir on ne peut pas le forcer. Essayer de l'aiguiller vers ceux qui peuvent l'aider mais avant il faut qu'il se reconnaisse alcoolique et lui seul peut le faire.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Bonjour josselyne,je suis un alcoolique repententi depuis maintenant 7ans et heureux de vivre sans dépendance.Vous êtes surement très sympatique et agréable, mais ce n'est pas à vous que j'aurai voulu parler,vous le comprenez bien. Vous ne pouvez pas faire grand chose dans la thérapie,si ce n'est qu'être à son écoute,s'il a quelque chose à dire... Il faut par un moyen quelquonque, qu'il soit obligé d'aller chez un alcoologue qui le prendra en charge et lui fera ,déjà prendre conscience qu'il est malade. Ce médecin lui donnera les outils , mais c'est lui seul qui les utilisera pour se guerir.Chacun sa méthode, moi je bois toujours l'\"apéro\", mais sans alcool. Il faut surtout ne pas prendre les médicaments et boire, car çà ne fait pas effet. Donc il y a une période un peu dûr, mais s'il est motivé par le combat, pas de problème. A lui de prouver qu'il est le plus fort...
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Les membres de la famille ne sont pas toujours les mieux placés pour parler à la personne malade, car il risquerai de se sentir jugé. Il faudrait que vous trouviez des malades alcooliques abstinents . Il faut aussi que vous vous protégiez pour ne pas retomber dans la dépression (même si c'est plus facile à dire qu'à faire) car le jour où il aura besoin de vous il faudra que vous soyez solide. La boisson lui apporte du reconfort car sur le coup il oublie sa souffrance (car lui aussi souffre) et la boisson a un effet désinhibant. Vous ne devez pas vous sentir coupable car l'alcoolisme est une maladie et vous n'y êtes pour rien dans cette engrenage il ne faut pas brûler votre énergie en cherchant un coupable car il n'y en a pas. Mais le fait que vous en parliez vous aidera déjà beaucoup et ça l'aidera aussi lui. il ne faut jamais perdre espoir et s'armer de patience. Et je reste sur ce forum si vous avez encore besoin de parler. Courage et à bientôt.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Bonsoir, Il doit se faire aider par un médecin alcoologue qui l'orientera vers un sevrage et un traitement adapté. Faites lui lire le livre \"un dernier pour la route\" d'Hervé Chabalier ou encouragez le à aller voir le film. Il ne s'en sortira pas tout seul.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Je suis alcoolique abstinente depuis 6 mois, je me suis fait soignée par un médecin alcoologue, mais pour prendre cette décision il m'a fallu un certain temps, le temps de me rendre compte que l'alcool me faisait plus de mal que de bien ! Il faut que cela vienne du malade alcoolique, l'entourage ne peut que constater le mal être, et surtout ne pas le lui rabacher tout au long de la journée de ne pas boire ça ne peut que faire empirer le problème ! Il faut qu'il prenne conscience qu'il est malade, j'ai fait une cure de 1 mois au CALME un centre génial qui nous soigne sans médicaments et un suivi thérapeutique trés éfficace, j'ai pris conscience que l'alcool est un faux ami !!! Si vous voulez continuer cette discussion je suis à votre disposition, courage ne le jugez pas il est malheureux et tenez bon pour vous et pour lui! Dominique.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Vous n'êtes en aucun cas responsable. Si cela m'était arrivé j'aurai essayé de prendre contact avec un médecin ou une association d'alcoolique anonyme. Je vous souhaite bon courage dans cette épreuve.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Bonjour, emmenez-le voir le film \"Le dernier pour la route\" et vous, lisez le livre. Ce peut être le déclic qui lui permettra de prendre conscience de sa maladie et d'aller voir un alcoologue. bon courage.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Mon père buvait et m'a empoisonné la vie. Personne n'a jamais rien fait. Et encore moins son médecin traitant. Et puis j'ai fait des études d'assistante sociale. En 2ème année j'ai appris qu'on pouvait interner d'office si la personne met sa vie ou celle des autres en danger. Alors un jour qu'il recommençait avec ses hurlements j'ai appelé son médecin traitant qui par chance était en vacances. Son remplacant n'a pas voulu l'interner malgré ma demande jusqu'à ce que mon père soit sorti de sa chambre et a commencé à insulter le médecin. Celui-ci a aussitôt appelé les pompiers qui l'ont interné. Il a été interné dans un hôpital psychiatrique car il n y avait pas d'autre structure d'accueil. Ca lui a fait un tel choc qu'il a arrêté complêtement de boire. Et moi j'ai porté toute ma vie ce fardeau de l'avoir fait interner. Faites quelque chose ne le laisser pas sombrer.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Vous devez dire à votre fils que vous vous inquiétez pour lui et lui conseiller d'aller consulter un alcoologue pour faire le point sur sa consommation d'alcool. Il s'agit juste d'ouvrir le dialogue avec un intervenant spécialisé. De votre côté, n'hésitez pas à consulter \"pour vous\", de manière à pouvoir exprimer votre souffrance à un intervenant exterieur. Les solutions existent. Bien à vous Une alcoologue d'Ile de France
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Je propose que tu lui conseilles d'aller voir un groupe de paroles AA. Comme les alcooliques anonymes ; ils l'aideront c'est certain! Bon courage.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Tu dois penser à toi. Un dépendant dans une famille est au centre, et toute la famille va mal, alors pense a toi. Il existe également des groupes de parole pour les familles (alanon) ça aide.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Le mieux c'est qu'il change de métier, car il n'est pas le seul à apprendre à boire à l'armée malheureusement. Conseillez-lui de bien regarder l'état de certains chefs et demandez-lui s'il tient à devenir comme eux.
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Votre fils est malade, mais votre famille n'est-elle pas touchée elle aussi. Observez vos attitudes (fouille, contrôle, inquiétude,insomnies, repas gâchés, honte, chantage, etc.). Ce n'est qu'une partie des symptômes observés là où l'alcool est présent. Sauvez-vous par ex en allant à Al-Anon et quand vous irez mieux, il aura envie de se remettre en question. Courage,je fréquente cette association depuis quelques années, j'ai beaucoup appris sur la maladie, je suis beaucoup mieux, si bien que la personne malade de ma famille a eu aussi envie de changer: l'alcool est sorti de sa vie depuis des années, et sans rechute, Marie-Christine
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Suite à vos nombreux messages, je tiens à vous remercier.. Je me rends compte effectivement que c'est son problème, que je ne peux rien faire à sa place... J'espère sincèrement qu'un jour il aura l'envie lui même de prendre la bonne décision... Je crois que j'ai fait le maximum dans mon rôle de maman... Sa vie lui appartient, il est adulte... Mais quelque soit l'âge de nos enfants, leur souffrance reste toujours un peu la nôtre... Merci encore...
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Bonjour, Je vous suggère de parler à votre fils des alcooliques anonymes, réunions physiques, mais aussi des forums sur internet comme AA francité, de l'ombre à la lumière etc.. Bon courage Nicole
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Bonjour, Je suis dans la même problématique avec mon conjoint. Que faire lorsque la personne nie ce probléme et que faire pour les conséquences sur la santé physique et morale ?
Ajouter un commentaire
Réponse
+0
moins plus
Vous pouvez contacter le service d'alcoologie/addictologie de l'hôpital de Saint-Cloud au 0149116014 et prendre un rendez-vous, soit pour vous faire conseiller vous-même, soit pour lui, avec un alcoologue ou un psychologue de ce service. Vous pouvez également vous rendre à l'URSA (rez de chaussée de l'hôpital) les jeudi après-midi pour rencontrer des rétablis et des soignants (sans rendez-vous). Bon courage à vous.
Ajouter un commentaire
Ce document intitulé «  Mon fils et l'alcool  » issu de Santé Forme (sante-forme.journaldesfemmes.com) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Mon fils et l'alcool - page 2