J'attends la mort.

Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 11 juil. 2018 à 23:07 - Dernière réponse : Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention
- 12 juil. 2018 à 20:30
Bonjour,

Je ne sais pas pourquoi j'écris ce post, parce qu'au fond ce n'est pas vraiment une question. Peut être juste un besoin d'exprimer le fond de ma pensée ?

Il y a quelques années j'ai posté sur ce forum et on m'a plutôt mal répondu et prise un peu pour une gourde en me disant que j'avais juste à aller voir un psy. Donc maintenant que je suis allé voir 2 psy, que j'ai été suivi par 3 conseillères mission locale, par une infirmière et par une assistance sociale, peut être qu'on me prendra un peu plus au sérieux.

Alors j'ai pas vraiment envie de réécrire toute ma vie comme je l'ai fait la dernière fois, je vais donc tenter de résumer les choses.
J'ai 23 ans, je n'ai aucun ami réel, je ne parle à personne, je ne sors pas sauf pour les courses et les rendez vous importants, je supporte de moins en moins ma famille, j'ai peur du changement, je suis censée trouver du travail mais j'en suis incapable.

Comment je suis devenue cette personne ? Mon frère et moi on s'est jamais entendu. Mon père est un pervers narcissique. Ma mère a beau comprendre, elle agit mal. Ma soeur ne me comprend pas est agit aussi mal. Depuis le CM1 j'ai connu le harcèlement à l'école (une prof pendant une période, puis élèves jusqu'au lycée). Je me suis renfermée sur les jeux vidéo où je me suis attachée à des personnes qui m'ont prise pour une c****. Puis les sites de rencontre, les appli,... peu importe où j'allais et où je vais encore aujourd'hui, je tombe sur les pires personnes. J'ai l'impression d'avoir tout testé. On m'a harcelée sur internet, on m'a menti, on s'est servi de moi,... Pourtant même en étant sur mes gardes je me fais encore avoir. Mais comment c'est possible d'attirer autant ces personnes là ? Même dans la vie réelle, j'ai eu quelques amis dans mon enfance mais ça s'est mal terminé.

Vous allez vous dire qu'est-ce qu'on a bien pu me faire de si grave sur internet. Bah sans vouloir tout détailler, se faire passer pour une autre personne pendant 1 an pour ensuite me faire croire à un suicide pour me faire exprès du mal. Ou encore essayer de savoir tout sur moi pour me faire des menaces de créer un site sur ma vie (cette personne que je connaissais depuis plus de 3 ans). En gros toute ma vie je ne suis tombée que sur des personnes dans ce genre là.

Et pourtant je continue d'y croire. Le soucis c'est que petit à petit à force d'être déçue, j'ai beaucoup changé. Je suis devenue de plus en plus jalouse, possessive, parano. Je ne supporte plus rien. Je pète des câbles. J'ai constamment besoin d'attention, je ne supporte pas qu'on me mette de côté, qu'on porte de l'attention à quelqu'un d'autre que moi. Je déteste être cette personne.

Je me suis renfermée sur moi même petit à petit. Depuis 2 ans je ne sors plus. Je passe mon temps sur une appli de dépressifs parce que ce sont les seuls à me comprendre. Je déteste ma vie, je ne sais pas quoi faire. Je ne prends plaisir à rien. Je traine devant mon ordinateur, mon portable, ma télé, mais tout m'énerve. La seule chose qui me fait un peu de bien c'est avoir mes 2 chats près de moi.

Je suis malade.. Je fais des crises d'angoisse presque tous les jours, j'ai mal au crâne. J'ai l'impression que ma tête va exploser. Je suis boulimique, j'essaie de calmer mes crises mais j'ai constamment faim. Je me déteste, je suis grosse, je suis laide. Comment m'accepter ? Je ne peux pas. Je dors mal, je fais des insomnies. J'ai l'air d'un zombie. Je ne bouge pas. Ouais 2 ans que je ne quitte pas mon lit sauf quand je n'ai pas le choix. J'ai des envies suicidaires et pourtant je sais que j'en suis incapable. Alors j'attends juste la mort. Et j'espère juste qu'un jour il m'arrivera quelque chose. Une voiture qui roule un peu trop vite peut être.. Je ne crois plus en rien et pourtant je suis encore là à écrire. Est-ce qu'on peut appeler ça un appel à l'aide quand on ne pense plus pouvoir être aidé ?

Parce que là je suis perdue et désespérée.. Je dois travailler sinon je retournerai vivre chez l'autre pervers narcissique. Sauf que je fais des crises quand je travaille. Mais ça je suis incapable de l'expliquer.. Personne ne le sait, je n'arrive pas à en parler. Ces crises je les fait chez moi donc bien sûr personne ne voit rien. Ils savent juste que j'ai un blocage pour trouver du travail.. Non j'ai juste rien qui me motive. D'ailleurs ces crises je les ai aussi en ce moment tous les jours à cause de toute cette pression qu'on me met avec les psy, le travail, l'assistante sociale,...
D'un côté je rêve d'être une personne normale et casser cette solitude qui me bouffe, d'un autre je ne veux pas sortir, travailler, parler aux gens. Je déteste tout ça.

Ne me dites pas de me faire hospitaliser, je refuse. Je n'ai pas envie d'être entourée de personnes malades et de me sentir folle. Et je n'ai pas non plus envie d'être séparée de mes chats. Ils m'apportent cette petite chose qui me fait tenir.
Évitez aussi le bla bla du genre "mais t'as toute ta vie devant toi". C'est la phrase la plus stupide qu'on puisse me sortir et c'est toujours cette phrase qu'on me sort.

Merci à ceux qui auront pris la peine de tout lire.
Afficher la suite 

Votre réponse

11 réponses

Meilleure réponse
imagine7 13414 Messages postés samedi 12 mai 2012Date d'inscriptionModérateurStatut 16 octobre 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 00:20
1
Merci
Bonjour Elezia,

Tu as bien fait d'écrire, en quelques lignes, la réalité de ta vie. Ton analyse, ton constat et surtout cette lucidité qui te caractérise, est bouleversante.
L'écriture est un bon support, un excellent moyen d'expression pour tout ce que tu as vécu et ce que tu vis dans ton quotidien. Personne ne peut y rester insensible.

Pourtant, le travail personnel que tu as entamé peut t'aider à stopper le cycle négatif de ta vie d'avant et gommer tout ce qui t'énerve actuellement.

Les chats ont ce pouvoir remarquable d'apaisement et te procurent la douceur que tu n'as pas pu trouver autrement. Ils sont précieux, tout autant que sont leurs ronronnements.

Juste une précision, ce n'était pas dans ce forum-ci, que tu avais posté, c'était sur Santé-médecine, qui fait aussi partie du Journal Des Femmes.

Bonne nuit et grattouilles à tes chats.

Merci imagine7 1

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

Journal des femmes a aidé 337 internautes ce mois-ci

Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 00:37
Bonjour,

C'est gentil merci.

Ça fait 2 ans que je tourne en rond, après m'être enfin motivée à changer. Sauf que 2 ans, aucun changement et au contraire mon état s'est encore plus aggravé.

Oui je sais bien j'avais posté ailleurs mais ça n'a rien à voir c'est un autre post. Mon histoire je l'ai racontée sur un autre compte, je ne trouve le compte, je vais voir si je retrouve le post avec la recherche.

Merci et bonne nuit.
Commenter la réponse de imagine7
lekabilien 13017 Messages postés jeudi 18 décembre 2014Date d'inscriptionContributeurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 00:51
0
Merci
Bonsoir Elezia
Ce n'est pas le forum dédié a tes pour te répondre normalement mais le forum santé médecine. Tu dis y avoir postée il y a quelques années et mal reçue car tu as été orientée vers un psy. Mais c'est ce que je te dis aussi ayant moi-même eu besoin d'aide comme toi un moment de ma vie, j'ai été hospitalisé en psychiatrique, j'ai été réticent comme toi, mais j'ai écouté des amis a qui je faisais confiance.
Alors pour toi les psychiatres n'ont rien pus faire, mais qu'attends tu vraiment de quelqu'un médecin soit-il si toi même tu ne mets pas toute ta volonté pour t'en sortir, le psychiatre te donne des orientations, te recadre éventuellement lors des séances de dialogue et d'écoute, te donne des médicaments d'il le faut, mais tu as un travail a faite sur toi même aussi, te faire violence pour passer outre certaines choses qui te bloques, tu dois avoir une réelle volonté d'avancer.
Tu as envie de rien ? Oui c'est normal, c'est ta dépression qui te maitrise, tu n'as plus aucune volonté, et c'est cela qui fait que tu t'enfonces de plus en plus. Il faut te révolter contre ce laisser aller, te battre contre cette envie de ne rien faire, se forcer a sortir, a rencontrer du monde, a chercher du travail, c'est dans le mouvement que la vie reprend en toi, mais tu as besoin d'aide de personnes compétentes, tu as tort de penser qu'ils ne te sont pas utiles car eux seuls ne pourront pas grand chose pour toi, seule tu n'y arriveras pas, c'est ensemble et y croyant, en mettant toute ta volonté, a suivre ce qu'ils peuvent te dire et bien sur a contrecarré cette envie de rien et cela c'est a toi de faire, c'est ta part de travail dur toi, pour pouvoir avancer, avec courage, patience, ne rien lâcher et ça paye avec le temps. Oui il faut du temps, mais si tu mets ta volonté tu te bats, tu reprends avec ton ou tes psy et au besoin te faire hospitaliser, tu pourrais reprendre vie, trouver du travail et pourquoi pas un garçon honnête.
Dans l'état ou tu es, ne t'étonnes pas de rencontrer que des garçons qui n'en valent pas la peine, tu crois que tu en vaut la peine toi même ? Il faut retrouver une joie de vivre, un esprit de construire, se fondre dans la foule en quelque sorte pour attirer l'attention de gens bien, et actuellement, tu n'es pas joyeuse pour intéresser une personne intéressante, comprends bien cela.
J'ai connu tout ça, je m'en suis sorti, pourquoi pas toi. Alors les conseils que tu as du avoir il y a quelques années sont les bons si c'est aller consulter, tu l'as fait apparemment mais tu n'en es pas sortie, il faudrait voir ce que toi même tu as fait pour t'en sortir, si tu as attendue seulement des résultats venants de ton psy sans aucun effort, en tout cas pas suffisant de ta part, bien entendu cela alors n'est étonnant que tu reviennes ici et toujours pas guérit de ta dépression.
lekabilien 13017 Messages postés jeudi 18 décembre 2014Date d'inscriptionContributeurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention > Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 14:24
Tu as raison nous ne sommes pas pareil et je crois que tu n'as pas compris mes propos entre autre "la phrase" qui a l'air de t'avoir choquée. Oui nous sommes différent mais pour s'en sortir il faut se battre envers et contre tout et cela est valable pour toutes personnes qui veut s'en sortir. J'ai vécu cela, je sais ce que c'est que de ne vouloir ou pouvoir de ne rien faire, se laisser aller, être les bras ballants et laisser la déprime nous entrainer toujours plus bas.
Ta mère travaille dans la psychiatrie et te déconseille d'avoir affaire aux psychiatres ? Désolé de te décevoir une fois de plus mais elle devrait changer de métier et je plains les personnes qu'elle soigne si tel est son métier. Pour un déprimé c'est très difficile de remonter la pente, mais tomber sur un pro qui dénigre ce qu'il fait tu ne peux que t'enfoncer, c'est lui qui t'enfonce, ta mère t'enfonce, elle t'enlève toute volonté de faire un travail utile pertinent salvateur dans la confiance avec ton psy.
Tu n'as pas compris mes propos et saches que je ne cherche nullement a te plaire ou te déplaire, j'essaye d'être objectif c'est tout.
Cela fait des années que tu es comme cela, une fois de plus et désolé d'insister sur ce point, tu dois y mettre du tien, et désolé encore mais ce n'est pas avec les conseils de ta mère que tu trouveras un semblant de volonté et surtout travailler en osmose avec le ou les psy qui te suivent.
Désolé de te déplaire mais je ne cherche pas a plaire. Tout ce qui plait n'est pas forcément bon, tout ce qui déplait n'est pas forcément mauvais.
Je ne cherche nullement a te nuire je ne te connais pas, si tu penses que les propos sont déplacés tels n'est pas le sens qu'il faut leurs donner, mais aucun cas je ne durai des choses pour te plaire ou te contenter alors que ce n'est pas objectif ou même complaisant, peut-être même nuisible.
J'ai passé 3 semaines en hôpital psychiatrique et le fait de côtoyer du monde "malade" comme je l'etais, n'était nullement un problème entre "fous" mais une richesse, un éveil, une prise de conscience de la diversité des degrés de la maladie et des échanges très utiles, des soutiens mutuels se font, des dialogues constructifs naissent, l'envie d'aller plus loin prend forme et crée la dynamique qui fait que l'on a envie de se faire violence et ne plus rien céder a notre laisser aller et a la plainte continuelle sur soi. Mais je pense que tout cela tu le prendras de travers également et ne te servira a rien. A lors je te dis bonne chance, trouves un moyen pour t'en sortir quand même car te suicider serait un échec, preuve que j'aurai raison, mais crois mois, seule ou sans volonté tu n'y arriveras jamais
Bon courage.
Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 15:20
Ouais bah je ne suis pas la seule choquée par ta phrase. J'ai posé la phrase sur un commu pour voir un peu si j'étais la seule à penser comme ça et bien je t'assures que je ne suis pas la seule choquée.

Je n'ai pas dit ça.. Ma mère me conseille d'aller vers les psychiatres mais me déconseille de me faire enfermer en psychiatrie. Pas besoin d'aller en psychiatrie pour avoir un suivi.

C'est pas comme si je ne faisais pas d'effort.. Mais je ne trouve juste aucune solution à mes soucis. Et même les professionnels à qui je parle n'en trouvent pas. J'ai été suivie par des conseillères mission locale qui m'ont lâchée parce qu'elles ne savent plus quoi faire de moi. Et pourtant j'ai fait tout ce qu'on me proposait. Voir l'infirmière, voir les psy, suivre leur atelier théâtre pour prendre confiance en moi, voir l'assistance sociale, m'inscrire à du service civique,... Pourtant ce n'était pas des choses obligatoires. Si je ne voulais pas faire d'effort, j'aurais dit non à pas mal de choses. Ouais je suit tous les conseils qu'on me donne, j'essaie vraiment de changer. Mais après tous ces efforts, je vais encore moins bien qu'avant parce que même avec ça, absolument rien ne change.

Personnellement je parle tous les jours (par écrit) avec des personnes "comme moi". Je n'ai pas besoin d'être enfermée pour prendre conscience de tout ça. Les soutiens mutuels je connais aussi ça. Tous les jours j'aide des personnes et tous les jours on m'aide. Mais ça ne me suffit pas.
lekabilien 13017 Messages postés jeudi 18 décembre 2014Date d'inscriptionContributeurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention > Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 16:01
Ne sors pas une phrase de son contexte car on peut alors l'interpréter a volonté.
Personne n'a pu t'aider jusqu'a maintenant, n'y arrive, abandonne même, alors peut-être tu devrais reconsidérer tout ce qui ne te plait pas de les propos, ceux même que tu trouves déplacés, méchants peut-être aussi, pas juste envers toi, mais relies et comprends vraiment le sens.
En tout cas, je te souhaite de t'en sortir de cette galère, mais pour cela, tu dois faire plus que ce que tu fais déjà ou ce que tu penses faire, guérir de la dépression demande des efforts personnelles hors du commun en plus du suivi psychiatrique.
Quand a tes "amis" échanges sur internet si c'est bien ce que j'ai compris, c'est tout l'inverse qu'il faut faire.
Des amis virtuels qui t'enferment dans une chambre, bonjour la dépression.
Je ne te suis pas utile puisqu'on ne se comprend pas, que tu penses sincèrement que je suis dans le faut, personne n'a pu t'être utile jusqu'a maintenant, a toi de chercher et d'essayer de comprendre pourquoi ? Pourquoi malgré toutes les aides que tu as eue de la part de divers professionnels tu patauge toujours dans ta dépression, si tu ne t'interroges pas, si tu attends toujours le pro providentiel avec sa baguette magique, tu attendras je pense bien longtemps.
Prends soins de toi. Bon courage.
Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 16:42
Je ne l'ai pas sortie de son contexte.

Je ne pense pas que ce soit à moi de relire. Encore une fois, une dizaine de personnes ont lu et sont du même point de vue que moi.

Je ne vois pas en quoi se faire des connaissances dans un hopital psychiatrique est plus intéressant que de faire des connaissances sur une appli avec des personnes qui veulent s'en sortir.
Ce ne sont pas ces amis virtuels qui m'enferment, je n'ai pas besoin d'eux pour ça. Je ne sors pas il faut bien que j'ai un minimum de contact avec les gens, même si c'est vituel.

Et bien tant pis, on verra bien.

Merci.
lekabilien 13017 Messages postés jeudi 18 décembre 2014Date d'inscriptionContributeurStatut 15 octobre 2018 Dernière intervention > Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 17:37
Pas de quoi.
Prends soins de toi.
Commenter la réponse de lekabilien
imagine7 13414 Messages postés samedi 12 mai 2012Date d'inscriptionModérateurStatut 16 octobre 2018 Dernière intervention - Modifié par imagine7 le 12/07/2018 à 20:30
0
Merci
Bonjour Elezia,

Il ne nous est pas possible de rediriger ce post, sur Santé-médecine.
Tu peux facilement retrouver les discussions que tu y avais déposées, en cliquant sur ton profil et voir les différents forums où tu avais posté.

Ce qui ressort de tes recherches, de tes contacts, de tes partages partout sur le net , cela ne ressemble-t-il pas à tout ce qui t'énerve, que tu détestes, ce qui t'insupporte, au point de te rendre encore plus gravement malade ?

La psychiatrie n'est pas une prison. C'est le malade qui s'emprisonne lui-même dans sa maladie, jusqu'au jour où se produit un déclic: celui de l'acceptation de sa maladie. et enfin, l'acceptation de se soigner pour guérir.

Les séances en face à face avec un médecin spécialisé , servent à s'exprimer spontanément, à chercher les failles de son propre processus.
Pour cela, le professionnel de santé lui propose un chemin et, c'est au patient de faire le travail.
C'est pour lui. Une victoire d'avoir pu avancer.

Tu dis que cela fait deux ans que tu tournes en rond. Pourquoi ?
Comment se fait-il que tes relations sur le net, ne puissent pas te venir en aide pour
ton mieux-être ?
Elezia 16 Messages postés vendredi 27 janvier 2012Date d'inscription 12 juillet 2018 Dernière intervention - 12 juil. 2018 à 20:30
Bonjour,

Ah d'accord.
Non mais je ne les retrouve pas, tant pis. Je ne sais même plus quand j'avais écrit.

Heu j'en sais rien.

Je sais bien mais je sais qu'on va me forcer à faire des choses qui me dérangent, que je serais séparée de mes chats, que je perdrais mon intimité, que je ne pourrais pas faire ce que je veux, ni manger ce que je veux,... Trop de choses. Je sais que je ne serais pas à l'aise et je me sentirais encore moins bien dans un endroit pareil. Pas besoin de me faire vivre là bas pour me suivre. Je peux très bien voir des psy en dehors de l'hôpital psychiatrique.

Je sais bien mais là je parle, on m'écoute et on est juste capable de me dire "il faut sortir". Mais ça je le sais.. Mais mes blocages font que je n'arrive à rien.

En fait ça fait plus de 10 ans que je suis renfermée dans mon monde virtuel, entre les jeux, les sites de rencontre et les appli... Même quand j'avais quelques amies réelles, je ne voulais pas les voir. Je préférais rentrer chez moi et retrouver mes amis virtuels.
Mais depuis deux ans j'ai terminé mes études, j'ai emménagé seule dans mon appartement et sans travail ni rien je ne vois personne. Je ne sors plus que pour les courses et les rendez vous et j'ai travaillé vite fait (3 mois en tout sur ces 2 ans). Mais oui je tourne en rond, je n'ai envie de rien, je ne veux pas sortir, je parle à des psy et autres sans voir aucun changement et je n'arrive pas à trouver cette motivation pour le travail.

Mes relations virtuelles m'aident un peu. Après elles cassent surtout ma solitude et ça me fait du bien. Mais en même temps ça ne me suffit pas pour être heureuse. Et de toute façon à chaque fois que je m'attache à quelqu'un, ça fini mal. Là j'ai encore des contacts mais j'en perds chaque semaine puis m'en refais de nouveaux. Toujours la même histoire.
Commenter la réponse de imagine7