Acceptation de sa bipolarité

- - Dernière réponse :  Saliha - 30 juin 2008 à 10:11
Bonjour à vous qui avez le même diagnostique de bipolarité; On nous parle souvent sur les sites de prise de médicaments à vie. Difficile à accepter sur le coup mais nous ne sommes pas des cas unique n'est ce pas ? Si une personne pouvait témoigner sur sa reprise de travail et sa vie sociale après un arrêt ou plusieurs arrêts maladies; pour ma part tout ce que j'ai entrepris à présent n'a malheureusement pas été terminé, par abandon et par dépression de l'échec. Peut être pourrions nous discuter chacun ou chacunes de solutions, tout en restant le plus positif possible; se plaindre ne sert plus à rien si ce n'est à nous complaire dans notre mal-être. Merci pour vos témoignages.
Afficher la suite 

7 réponses

0
Merci
J'ai 61 ans et suis bipolaire depuis 35ans, très difficile dans les début car on ne me disait pas ce que j'avais mais en 92 un psy m'a mise sous lithium à vie et depuis je ne suis jamais retourné en clinique, je gère, mais c'est toujours dur de quitter une phase euphorique pour retrouver la phase de déprime et j'ai un problème avec le regard des autres, quoique depuis peu pas mal de personnes connaissent cette maladie. Je vis quand même mieux avec le lithium (teralithe)... Je pense même que mes montées seraient moins fortes à mon age... Bon courage à toutes et tous amitiés. Danie
Commenter la réponse de daniele
0
Merci
Oui c'est très difficile cette maladie, en plus très mal perçu par les autres, enfin moi depuis le lithim en 92 j'ai evité les sejours en clinique, bien sûr au travail j'étais à temps partiel et jalousé par les collègues mais j'ai réussi à élever mes deux enfants toute seule car mon marié m'a quitté en debut de ma maladie, il a fuit, j'avais 32ans, j'en ai 61ans maintenant et je n'arrive pas à me fixer avec un homme, mais j'espère toujours, bon courage à vous, danie.
Commenter la réponse de daniele
0
Merci
J'ai lu tous ces témoignages d'expériences de vies malheureuses, je suis passée par là aussi, maintenant j'ai vraiment l'impression que ces mauvais moments sont derrière moi, et j'ai confiance en mon traitement (dépakote). Certes, ça ne m'enchante pas d'avoir à le prendre à vie, mais je me suis fait une raison et je me dis qu'au moins ça m'aide à être bien.. Je vois la vie de façon positive, j'ai envie de m'ouvrir à plein de choses, c'est pas parce qu'on est \"malades\" qu'on a pas le droit au bonheur.. Il faut vraiment profiter de chaque instants pour ne rien avoir à regretter. Je pense à vous qui êtes pour l'instant dans la galère, gardez espoir et vous verrez qu'un jour tout ira mieux.. Marie
Commenter la réponse de MARIE
0
Merci
Moi non plus je n'ai pas connu le succès professionnel, j'élève ma fille qui a un an. Ma vie sociale n'est pas une réussite. Je ne comprends toujours pas cette maladie, pourtant cela fait 5 ans que j'ai été diagnostiqué bipolaire et cela fait 9 mois que je suis sous lithium
Commenter la réponse de david
0
Merci
Je répondrai à David, Oui effectivement la nouvelle est difficile à admettre, mais combien est il plus rassurant de savoir de quel mal on est atteint pour avoir les traitements médicamenteux adéquate... Franchement nous ne sommes pas à plaindre au contraire. Si maladie orpheline il y avait, ce serait un tout autre combat, n'est t'il point encourageant d'avoir des traitements comme le lithium pour stabiliser tout cela. Admettre cette maladie, c'est admettre de vivre avec les hauts et les bas de la vie, tout en étant conscient que le positivisme apporte beaucoup de joie. Nous sommes différents des autres et alors ? Nous avons aussi autant de choses à partager, mais en étant raisonnable sur nos possibilités. J'espère sincèrement que je trouverai un équilibre un jour dans mon travail, mais j'espère aussi arrêter de tout miser dessus, car l'équilibre peut se trouver ailleurs, et souvent nous ne le voyons pas. Bonne journée à vous tous
Commenter la réponse de mic
0
Merci
Moi, malgrè des diplômes, des capacités prfessionnelles réelles, je n'arrive pas à avoir une vie stable, je ne me stabilise pas sur un poste, c très Difficile à admettre car on a parfois l'impression de faire des efforts pour rien, je crois beaucoup en la Depakote ou autre thymorégulateur. Je fais aussi une thérapie comportementale pour affronter mes peurs et j'ai aussi des antidépresseurs. Pourtant impossible de bosser en ce moment. Heureusement, je suis dispensée de chercher du travail pour 3 mois et je dois faire tout pour me soigner et aller de l'avant avec une vie normale. Je m'accroche mais heureusement que j'ai un bon entourage... Je dois viser l'autonomie!
Commenter la réponse de ROSELINE
0
Merci
Je ne suis pas bipolaire du moins on ne m'apas diagnostiqué en tant que telle. Je prends bien conscience que cette bipolarité est difficile mais en ayant un traitement, on peut vivre normalement. la bipolarité est un trouble difficile à accepter et dur à vivre au quotidien. Je le sais, j'ai aimé un bipolaire. Mais au fond votre recherche d'un équilibre et d'une stabilité sur le point affectif ou professionnel est commune à une grande majorité d'entre nous. C'est ce que je pense de mon point de vue d'une non bipolaire. La différence, c'est que vous êtes conscient de votre spécificité... C'est ce qui rend les choses plus difficiles car vous pensez peut être que votre façon de vous percevoir (cherchant une stabilité dans vos humeurs) est vécue de la même manière par l'autre. Voilà. En espérant que mon opinion vous aura aidé. Amicalement Saliha
Commenter la réponse de Saliha