Dépression : un peu de réconfort

- - Dernière réponse :  Patricia - 19 juil. 2011 à 09:21
Bonjour, Mon mari est en dépression depuis 4 ans, suite notamment au décès brutal de son papa. Depuis, les épisodes de profonde déprime et d'euphorie se succèdent. J'ai essayé de l'aider de mon mieux, d'être à son écoute, le poussant à voir un médecin, se soigner... Il y a 3 mois, nous avons eu notre 3ème enfant, et 1 mois après, il m'a annoncé vouloir divorcer. Depuis, il dit que cette boule qui lui tordait le ventre s'en est allée. Pour son bien et celui de nos enfants, j'ai accepté de divorcer, tout en espérant qu'il change d'avis mais il est décidé. Il dit ne plus supporter notre maison et son comportement avec nos enfants est parfois très dur, il a du mal a les supporter. Elles sont remuantes, vivantes en fait! Notre petite dernière pleure quand elle est dans ses bras, ce qui ne facilite pas non plus les choses. Avez-vous déjà été dans cette situation ? Comment avez vous réagi, ou tout simplement avez vous des conseils à me donner ? Merci d'avance
Afficher la suite 

6 réponses

0
Merci
Mon fils avait vingt six ans quand son mal-être a débuté. Parti en Finlande, au bout de quatre mois, déprimé, il rentra en France. Psychiatres, antidépresseurs, tentatives de suicide... Nous découvrîmes l'acuponcture au laser et la méthode TEM. Je ne vous apprendrai pas ce qu'endure un malade dépressif : mutisme et repli sur soi et ce que supporte son entourage. Ce cauchemar a duré deux ans et demi. Les effets de l'acuponcture furent lents (les premiers progrès visibles apparurent après la troisième consultation) mais, à la sixième séance, il reconnu se sentir mieux. Il diminua progressivement les médicaments. Aujourd'hui le sevrage de médicaments est total avec reprise d'un travail. Son mental est meilleur, sa volonté plus forte, ses crises d'angoisse ont disparu. Il y a encore du chemin vers la guérison totale et les séances d'acuponcture sont espacées afin de suivre la bonne évolution du traitement.
Commenter la réponse de marie- pierre
0
Merci
Si votre mari subi des moments de dépression entrecoupés de phase d'euphorie, il y a peut être un diagnostique de bipolarité à établir sur son état. C'est mon cas, cela se \"soigne\" ou plutôt se stabilise avec notamment l'aide du lithium. Renseignez vous sur ce sujet, vous y verrez plus clair dans son comportement. Cordialement, Caroline.
Commenter la réponse de Caroline
0
Merci
Bonjour, j'ai moi-même passé un très long moment dans cet état (je crois même qu'on n'en sort pas vraiment). Décès de mon père puis ma mère (2 ans après) les 2 dans des conditions difficiles. J'ai ensuite perdu 1 chien de 14 ans et mon mari est parti avec une de mes amies ! Autant dire, que je suis passée à côté de ma vie pendant de longues années (anti dépresseur, somnifère, anxiolytiques pendant 2ans ). Puis j' ai pris conscience que je ne maîtrisais plus rien et ai baissé les médicaments, très lentement, contre l'avis de mon généraliste. Et je me suis laissée tentée par une consultation chez un iridologue, cela fait maintenant 18 mois, je continue d'y aller (mon divorce a duré 5 ans). Et je me sens nettement mieux;même si parfois je n'ai pas d'énergie mais bon peut-être est-ce la ménopause maintenant qui me joue des tours... Essayez, cela ne fait pas de mal, je sais les hommes sont souvent sceptiques quant à ce genre de soins, mais qui ne tente rien n'a rien. Bon courage
Commenter la réponse de SYLVIE
0
Merci
Il me semble que vous avez déjà fait ce qu'il faut dans ces circonstances.Comme il refuse de faire face à la réalité,le temps seul, on l'espère peut guérir de son douleur. Aidez lui à développer une attitude philosophique.Il ne faut pas rester un enfant toujours. La croissance spirituelle est autant nécessaire qu'elle du corps. SAYEE
Commenter la réponse de Sayee
0
Merci
Merci à vous pour vos messages... Je vois que cette situation est presque \"commune\", malheureusement. Mon mari a accepté de voir une psy et compte y retourner prochainement. Si cela peut déjà le soulager moralement, c'est une bonne chose. Je me plie toujours à sa demande de divorce, même si je ne peux toujours pas l'accepter. Je suis de mon côté fatiguée psychologiquement mais je n'ai pas le droit de baisser les bras, pour mes 3 enfants. Je vous souhaite de vos côtés à vous d'arriver à trouver une issue définitive à ce mal terrible. Je continue d'être là pour mon mari, malgré ce poignard planté dans mon coeur depuis sa demande. Bien à vous...
Commenter la réponse de Marie-Cécile
0
Merci
Il ne faut surtout pas se décourager. Cela fait 2 ans et demi que mon fils à une déprime sévère avec anorexie et hypothyroïdie à surveiller.Depuis mars et 1/ mois il voit un psy ! Il faut le porter sur tout les plans.l'UNAFAM (voir site) Groupe de parole, Ils font fasse comme vous à la maladie de quelqu'un de proche avec chez nous le CSM et psy qui discutent pour nous aider chacun dans notre rôle à faire face) Prochaine conférence: \"Bipolaire\". Il faut être beaucoup à leur écoute. Mais faire tout pour être accompagné (car seule, c'est dur et en + avec des enfants, à charge, ce n'est pas le top pour vous). Il existe les SAVS Service Accompagnement et Insertion Sociale (adapei):Qui aide à l'autonomie de la personne qui dans cet état, ne fait plus rien. Mais là, il faut que la personne concernée accepte cette aide ! Pour mon fils, on cherche la maladie qu'il à. Ont pense à \"Bipolaire\" ! (Étant surdoué, avec un mal être et incompris), mais rien n'est sur !! Bon courage à vous tous.
Commenter la réponse de Patricia