Signaler

Règles permanentes depuis le premier jour (avant pilule)

Posez votre question Dowseu 2Messages postés mardi 13 septembre 2016Date d'inscription 13 septembre 2016 Dernière intervention - Dernière réponse le 13 sept. 2016 à 14:10 par Dowseu
Bonjour,
J'ai 27 ans et mes premières règles sont apparues quand j'avais 14 ans. La première année, elles se sont arrêtées au bout de deux semaines après leur apparition puis quand elles sont revenues il me semble 2 semaines plus tard c'était pour ne plus finir. On m'a toujours dit de ne pas me plaindre, que ce qui m'arrivait arrivé aux autres et que donc c'était normal. Alors je n'en n'ai pas parlé tout de suite. C'est au bout d'un an, après avoir dû expliquer pourquoi j'utilisais autant de serviettes hygiéniques, pourquoi j'étais toutes les semaines rendue à l'infirmerie scolaire pour maux de ventre qu'on a finit par m'emmener chez le médecin de famille. Après une écho indiquant des kystes sans importance et un ovaire trop petit alors que l'autre trop gros (de mémoire, d'après les dires de la personne qui a effectué l'écho, dont je n'ai plus de traces...) on m'a mise sous pilule. Résultat, 1 mois de règles douloureuse à ne plus pouvoir bouger parfois, 1 mois sans saignements mais avec douleurs... Alors nouvelle pilule, qui n'agissait pas, rebelote, règles permanentes pendant quelques mois. Je ne me souviens plus combien de fois j'ai changé. Mais jusqu'à mes 19 ans j'ai dû avoir quelque chose comme 6-8 mois sans règles. Là j'ai déménagé pour vivre seule et j'ai fait l'impasse sur mes renouvellement d'ordonnance parce que ras le bol. (Je tiens à préciser que j'ai toujours été ronde, puis grosse jusqu'à obèse "stable" depuis 3-4 ans) Donc plus de pilule et oh miracle, plus de règles pendant 1 an !!!! J'ai alors décidé de ne plus toucher à rien. J'avais des douleurs par périodes comme un cycle sans saignements mais c'était tout à fait supportable. Puis vers mes 20 ans, quelques jours après mon premier rapport j'ai eu mes règles qui ont durées 1 semaine. Puis un cycle régulier mais avec des saignements de plus en plus longs et abondants comme durant mon adolescence. Jusqu'à ne plus s'arrêter pendant 2 ans (sans que je n'y fasse rien , stupide je sais). 2 années infernales, fatigue constante, douleurs constante, saignements abondants. Et un 24 décembre je me retrouve aux urgences pour des douleurs soudain beaucoup plus violentes, des vomissements et vertiges, après qu'un médecin au tel n'ait pas cru le récit de mes règles sans fin et ait pensé à une grossesse intra-uterine (si c'est comme ça qu'on dit...) bien que j'ai précisé que mon dernier rapport à cette époque daté de plus d'un an... Il faut savoir que beaucoup de médecins et gynéco ne m'ont jamais cru... Encore aujourd'hui. Aux urgences forcément un 24.12 on me renvoit chez moi sans m'examiner en me conseillant la technique de la bouillotte... 1 mois plus tard je consulte une gynéco qui me fait faire prise de sang, écho et frottis. RAS pour tous les résultats. Plus de kystes sur les échos, sang bizarrement parfait pour une obèse soit disant. Frottis OK. Alors elle me dit soignons les symptômes au moins... Elle me donne des hormones (je ne sais pas si on peut citer les médocs ?) et mes règles s'arrêtent instantanément ! Du jour au lendemain. Problème, prise de poids... Alors je demande un équivalent, quelque chose qui ne me ferait pas grossir. Après une prise de sang pour vérifier je ne sais quoi, elle me donne une pilule qui venait juste d'être ré-autorisée. La prise de sang révèle cette fois une légère hausse du taux de TSH qui reviendra à la normale quelques mois plus tard sur autre pds. La pilule ne marche pas, et au même moment je déménage loin et me mets à laisser traîner encore une fois. Jusqu'à l'année dernière ou mon médecin traitant m'a remis les hormones qui avaient marchés puisque j'avais perdus beaucoup de poids entre temps. J'ai aussi eu une écho de la thyroïde, normale elle aussi. Mes prises et pertes de poids n'ont jamais influé sur mes problèmes.
Récemment j'ai stoppé les cachets que je dois prendre en permanence sans pause (si je laisse les règles venir maintenant il faut presque un mois pour les stopper totalement..) pour reposer un peu ma peau qui souffre d'acné (effet secondaire connu de mon médoc) et parce que depuis un mois malgré ce cachet quotidien j'ai remarqué un petit saignements occasionnel et des douleurs. Je l'ai ressenti comme un besoin de "laisser faire". Je sais pas si vous voyez... Et comme la seule fois ou j'avais oublié une seule prise de cachet, mes règles étaient là dès le lendemain matin.
Donc ce blabla pour essayer de trouver quelqu'un qui se reconnaisse dans ce récit, qui puisse me dire si on a trouvé ce qu'elle avait ? Ou quelqu'un qui aurait une idée ? Après la thyroïde, le sang, les examins gynéco, les échos... Où chercher ? Quoi chercher ?
J'ai vu beaucoup de médecins qui me disaient que c'est parce que je suis obèse et les autres c'était l'inverse, mes problèmes favorisent ma prise de poids. Sauf que je n'ai pas de mal à me stabiliser et j'ai toujours été au moins ronde... Alors je ne sais plus. Je déteste avoir à prendre des médocs sans savoir si un jour je pourrais m'en passer...
Pardon pour ce message un peu confus, je me perds un peu dans les dates je pense. J'espère que quelqu'un pourra me répondre.
Merci.
Utile
+0
plus moins
Bonjour,

Vous n'êtes pas sans savoir que lorsque votre thyroïde est perturbée, toutes vos hormones le seront aussi . C'est ce qui se passe chez vous. Le traitement est quotidien, à vie.
Lorsque vous consultez un endocrinologue, il vous suit pour tous les troubles du métabolisme.
Un suivi psychologique devrait être associé pour une meilleure prise en charge et la compréhension de tous les paramètres vous concernant.
Respectez l'aide qui vous est apportée par les professionnels de la santé.
Il est certain que si vous décidez de ne plus suivre ce qui est absolument nécessaire, l'équilibre sera vite compromis.
Il n'y a pas de miracle.
Respectez-vous.
Dowseu 2Messages postés mardi 13 septembre 2016Date d'inscription 13 septembre 2016 Dernière intervention - 13 sept. 2016 à 14:10
Bonjour, merci de votre réponse.
J'ai un suivi psychologique pour tout autre chose sans rapport et comme chaque fois que je me retrouve face à un membre du corps médical j'ai parlé en détail de ces soucis. Réponse (de tous sans exception) il n'y a pas de rapport. Pourtant croyez moi ça m'aurais tellement plus que le déclencheur soit dans ma tête !
On me dit aussi qu'aujourd'hui ma thyroïde ne présente aucun problème, que celui noté une seule fois lors d'une pds sur je ne sais combien était isolé et peut-être la conséquence du régime que j'avais entamé ou du traitement hormonal.
Je n'ai peut être pas suffisamment précisé dans mon message. Mais je ne stop pas définitivement mon traitement actuel. Je fais une pause. Je me retrouve avec un visage ravagé par l'acné, une soixantaine de boutons sur le visage, le cuir chevelu, et d'autres qui ne demandaient qu'à sortir. Et il ne s'agit pas de vanité, d'esthétisme mais de bien être. Ne pas pouvoir toucher sa peau parce qu'elle est rouge et douloureuse c'est lourd. Bref, je devais de toutes façon renouveler mon ordonnance ce mois-ci donc je reprendrais le traitement après avoir vu mon médecin. (Et oui ce sont bien les cachets qui sont en cause puisque depuis 10jours sans cachets je n'ai pas de nouveaux boutons et les anciens cicatrisent..)
Et l'équilibre était sans doute compromis pendant le traitement puisque que des saignements étaient apparus malgré une prise rigoureuse à heure fixe tous les jours, sans autre médication aucune, sans changement d'alimentation, rien.
Je ne mets pas en doute la compétence des médecins. Le mien je le trouve particulièrement efficace, à l'écoute et soucieux. Mais lui même m'avoue qu'il ne comprend pas ce que j'ai. Que d'ordinaire les personnes en surpoids souffraient d'absence de règles. Qu'on aurait dû trouver où et pourquoi ça clochait en 13 ans. (Il s'agit de mon médecin de famille, le même depuis toujours sauf lors de mes 4 années loin de la région.) Et je peux comprendre qu'on doute de la véracité de mes symptômes, combien de fois on m'a rétorqué "si vous saigné depuis si longtemps vous devriez être morte !". Dit par des gynéco ou médecins aux urgences. Ou alors on me l'a sortit le " c'est dans ta tête " en décrétant que c'était une impression que j'avais probablement des règles abondantes et longues mais que je ne faisais juste pas vraiment attention aux jours où elles s'arrêtaient parce que trop focalisée sur les jours où elles étaient là...
Je ne vais donc pas commencer à me respecter mais continuer à le faire.
Merci encore.
Répondre
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !